Le bassin de la Boutonne est constitué de plusieurs types de paysages :

La Boutonne traverse un paysage de Bocage en Deux-Sèvres,  avant de cheminer au travers de  "la marche boisée" à la limite départementale de la plaine du Nord de la Saintonge en Charente-Maritime.  Se succèdent ensuite les zones plates et les marais de la Boutonne jusqu'à la confluence avec la Charente.

Les diaporamas ci-après donnent un bref aperçu de ces successions de l'amont à l'aval du bassin, sur les versants, et dans la vallée au coeur de Boutonne

(photos boutonne amont © SYMBO)

(photos boutonne moyenne © H. Réthoret)

 

illustration bassin versant

C'est un espace géographique dans lequel toutes les eaux de pluie ou de ruissellement s’écoulent dans la même direction et se rejoignent pour former un cours d’eau ou un lac.

Le bassin de la Boutonne, situé au nord du bassin de la Charente, se localise au centre de l'ex région Poitou-Charentes, à cheval sur le sud du département des Deux-Sèvres (500 km² et 51 communes) et le nord-est du département de la Charente-Maritime (820 km² et 77 communes) ; il regroupe ainsi 128 communes sur son périmètre.

L'eau fait partie du bien commun de la Nation. Sa protection, sa préservation, sa mise en valeur, le développement des territoires et des activités, doivent se faire dans le respect des équilibres naturels, et sont d'intérêt général (inscrit au Code de l'Environnement)

Certaines activités ou usages de l'eau par l'Homme nécessitent des prélèvement d'eau dans le milieu ou les nappes phréatiques, produisent des rejets, des pollutions, des perturbations du cycle naturel des eaux.

Cet usage est considéré comme prioritaire sur le bassin.

En 1988, le recensement général agricole dénombrait presque 6800 exploitations agricoles sur le bassin.

Une vingtaine d'industries répertoriées à la DREAL et ICPE sont présentes sur le bassin. Cet usage représente une part relativement faible en termes de prélèvement d’eau sur le bassin.

Le parcours de la Boutonne, à l'amont de Saint-Jean-d'Angély alimentait au XIXème siècle près de 180 moulins à grains, à huile, à poudre et à draps.

Le classement en catégories piscicoles des cours d’eau du bassin distingue leur vocation piscicole : salmonicole (1ère catégorie) et cyprino-ésocicole (2è catégorie).

Des chemins de randonnée sont aménagés le long des cours d’eau pour permettre la pratique de ce loisir. Le Conseil Départemental de Charente-Maritime et les inter-communalités travaillent à la coordination de ces différents sentiers pédestres dans le but de créer des itinéraires et promouvoir notammentle territoire des bords de Boutonne.

Le cours de la Boutonne offre de nombreux parcours navigables et très agréables

La Directive Cadre européenne sur l'Eau (DCE)* définit le "bon état" d’une masse d’eau lorsque l’état écologique et l’état chimique de celle-ci sont au moins bons, et en fixe l'atteinte avec une échéance temporelle.

L’état écologique d’une masse d’eau de surface résulte de l’appréciation de la structure et du fonctionnement des écosystèmes aquatiques, déterminé à l’aide d’éléments de qualités : biologiques (espèces végétales et animales), hydromorphologiques et physico-chimiques, appréciés par des indicateurs (par exemple les indices invertébrés ou poissons en cours d’eau).

Sur le bassin de la Boutonne, dans le cadre du nouveau SAGE révisé en 2016, 5 enjeux ont été identifiés et déclinés dans le projet d'aménagement et de gestion des eaux, le projet de territoire Boutonne

 

1 : Etat quantitatif des masses d’eau superficielles et souterraines

2 : Gestion des crues et du risque inondation

3 : Approche intégrée de la gestion de la ressource en eau et des politiques d’aménagement des territoires

4 : Etat qualitatif des masses d’eau superficielles et souterraines

5 : Fonctionnalités des cours d’eau et des milieux associés

Le schéma ci-dessous en résume les problématiques et leurs inter-dépendances :

Enjeu n°4 du SAGE Boutonne révisé, la reconquête de la qualité de l'eau concerne les problématiques : une pollution généralisée par les nutriments (nitrates, phosphore), en lien avec une généralisation des grandes cultures et l'utilisation d'intrants agrochimiques et laissant peu de place aux zones « tampons » (boisements, zones humides...), la dégradation de la qualité des masses d’eau superficielles impacte la ressource souterraine y compris par les substances phytosanitaires en nappes profondes...

Enjeu n°3 du SAGE Boutonne révisé, la gestion quantitative concerne les problématiques : étiage, ressource superficielle et souterraine, l'amélioration nécessaire de la métrologie, la maîtrise des prélèvements agricoles et la sécurisation de l'AEP, la protection contre les crues.

Enjeu n°2 du SAGE Boutonne révisé, la restauration des fonctionnalités et de la biodiversité des milieux aquatiques s'inscrit pleinement dans la compétence GEMAPI.